Partenaires





Accueil > Activités par région > Inde et Asie Centrale et de l’Ouest > Archives 2012

Archives 2012

English Version

INDE ET ASIE CENTRALE ET DE L’OUEST

PRESENTATION (format ppt)

Les activités diffèrent selon les pays.

1. Pays
Collaboration certaine : Pakistan, Inde, Népal, Bhoutan, Irak, Iran et Turquie, Sri Lanka, Bangladesh.
Collaboration possible : Afghanistan, Arabie Saoudite. Pour ces pays, des représentants RSR arabophones sont requis.
Autres : Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Azerbaïdjan, Arménie. Dans ces pays, la prise de contact n’a pas encore eu lieu.

2 Irak

Il y aura 2 sortes de coopération, poursuivant le programme qui fonctionne déjà très bien grâce à Fatima Aboud et Mohammad Eftekhari.
Workshops 6 workshops sont prévus en 2012 animés par Arsalan Chademan (Université du Kurdistan), Sanandaj (Iran), Mohammad Eftekhari (Université de Picardie Jules Verne, Amiens), Nachaoui (Université de Nantes, France), J. Urroz (Université de Catalogne, Espagne), M. Jambu (Université de Nice, France).
Celui de M. Nachaoui a eu lieu du 8 au 14 mai 2012. Ce fut un réel succès, réunissant des participants de 7 universités d’Irak. Pour plus d’information, vous pouvez consulter le compte rendu du workshop proposé par Fatima, incluant notamment des photos des participants.

Visites : À la suite de la conférence internationale pour revivifier la recherche au Kurdistan (Erbil, décembre 2010) était née l’ambition de monter une école de mathématiques suivant les principes de l’ENS-ULM. Pour l’instant peu de progrès sont à constater, à l’exception des actions en faveur de la participation de mathématiciens irakiens à des séminaires de haut niveau scientifique, ainsi que le développement du programme VLP (volunteer lecture program). Ainsi, en 2012, Herish Omer Abdullah a été invité à l’Université Paris VI. De même, Chandan Singh Dalawat a passé un mois en 2012 à l’Université de Salahaddin. Le rapport de sa visite, qui s’est très bien déroulée, est disponible sur le site.
Au-delà de l’appui de l’ambassade de France dans cette région, la coopération avec le Kurdistan repose aujourd’hui sur CIMPA d’un point de vue scientifique. Elle sera aussi utilisée pour permettre à des étudiants irakiens de participer à des écoles CIMPA. Selon moi la coopération avec le Kurdistan et l’Irak est remarquable, et c’est la région où l’utilité des écoles CIMPA est la plus notable.
Comme les années précédentes, l’université de Salahaddin, l’université de Dohuk et le gouvernement autonome du Kurdistan irakien ont également soutenu le projet.
Le 17 février 2012, Mohammed Eftekhari, Herish Omer, Jorge Jimenez Urroz et Michel Waldschmidt se sont réunis à Paris pour discuter de l’avenir de la coopération. 3 sujets ont été abordés, dont le principal était la construction de l’école de mathématiques : il a été suggéré de répliquer le modèle de l’école ASSMS à Lahore au Pakistan. Il a été décidé de même de changer le déroulement des workshops pour qu’ils soient plus efficaces, ainsi que la mise à jour plus régulière du site web. Enfin, la création d’une nouvelle société de mathématiques pour la région a été suggérée, qui s’appellerait "Mesopotamian mathematical society". Le compte rendu de cette réunion est disponible sur ce site.
Le principal sujet de la réunion d’avril 2012 fut la mise en place d’une page internet qui regrouperait toutes les activités. Ce sera l’espace pour la proposition d’une nouvelle école (cf rapport de Mohammad)

3 Pakistan

Une école de recherche du CIMPA s’est tenue en février 2012. L’objectif de l’ASSMS était clair : inviter des professeurs étrangers à enseigner aux étudiants en PHD afin de les amener à mener une thèse. La plupart des professeurs viennent actuellement de Roumanie et de Russie.
La collaboration avec le CIMPA pourrait étendre le vivier de professeurs intervenants. Ainsi, suite à notre visite en octobre 2011, Florian Luca va peut-être rejoindre le programme en 2012. De même, notre intention est de pouvoir faire participer les nombreux intervenants qui n’avaient pas pu venir en 2011.
Le CIMPA maintient des relations étroites avec l’ambassade de France à Islamabad, notamment pour être informé des conditions de sécurité du Pakistan, pour y poursuivre ses activités. L’ambassade a par ailleurs récemment attribué une bourse « postdoc » à deux étudiants de l’ASSMS. l’ASSMS est désormais financièrement indépendante, ainsi l’aide du CIMPA ne devrait qu’être de nature scientifique, à l’exception peut-être des dépenses des représentants du CIMPA.

4 Népal

Nous allons suivre le même schéma de coopération que celle du Kurdistan. Nous travaillons en équipe avec un représentant du CIMPA en Europe, F. Pappalardi, en Inde, K. Chakraborty ainsi que A. Singh, K. Jia et T. Dhamala du Katmandou, Népal dans les 2 principales universités (Kathmandu University et Tribhuvan University) Ils vont proposer un programme de coopération qui sera soumis au RSR de la région. Plusieurs visites de M. Chakraborty à Katmandou sont prévues pour discuter avec les mathématiciens locaux. Il serait bon d’impliquer dans ce projet, B. M. Tuladhar, président de la société de mathématiques du Népal. Aussi, F. Pappalardi organisera une seconde école de recherche faisant suite à celle qui a eu lieu en décembre 2009. Le rôle de Chakraborty sera clé pour amener des étudiants népalais à participer aux écoles de formation en Inde.
Le cours de théorie des nombres initié en septembre et novembre 2011 sera poursuivi en octobre 2012 et décembre 2012. Les mêmes intervenants, Chakraborty, Pappalardi, Waldschmidt et Jimenez Urroz se rendront au Népal pour poursuivre cet objectif de long terme.
Un projet d’école CIMPA est également envisagé.
Enfin, nous espérons que la visite de A. Singh à Paris de novembre 2011 à août 2012 dans le cadre du programme EMEA ouvrira la voie à d’autres collaborations entre les mathématiciens népalais et européens.
Le soutien financier du CIMPA à cette région devrait être renforcé. Nous allons inciter les universités du Népal à organiser les évènements et participer financièrement. Cependant, l’économie du pays est réellement pauvre et nous ne pourrons probablement qu’espérer qu’elles ne couvrent que les dépenses locales. La CIMPA devra certainement aider à attirer les intervenants, les représentants CIMPA, et les étudiants népalais à participer à l’école d’été qui a lieu en Inde ou dans les régions voisines. Une communication avec le chairman de la NBHM en Inde, M. Balasubramanian, devra également être mise en place.
Durant la réunion d’avril à Paris, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : il est important de fixer les dates des prochains cours de théorie des nombres pendant les écoles d’hiver et d’été. Il a été décidé d’impliquer les 3 principales organisations de mathématiques au Népal : La NMS (Nepal Mathematical Society), le Council for Mathematics Education et le Nepal Math Center, ainsi que la ANMA (l’association de mathématiciens népalais vivant aux Etats-Unis). Le rapport de Check Ajaya détaille ce sujet.

5 Bouthan

M. Rinzin Namgyel, notre contact, est actuellement en train de poursuivre son master à Varsovie. En février, la situation du Bouthan sera abordée avec M. Waldschmidt et S. David.

6 Turquie - Iran

Ces deux pays sont à inclure à la région du bassin Méditerranéen et sont sous la direction de Ahmad El Soufi. Mon intention est toujours de suivre le même schéma que celui du Kurdistan et d’impliquer Abdelmejid Bayad pour devenir le représentant en Europe. Une réunion aura lieu en février avec le comité scientifique crée après l’école de recherche CIMPA de septembre 2010 (Istanbul). Comme la relation de la France avec ces 2 pays n’est pas très facile, j’essaie d’impliquer l’Espagne dans cette coopération.
Lors de la réunion d’avril à Paris, nous avons décidé de préparer un meeting avec les mathématiciens turcs pour poursuivre notre projet désormais intitulé « Inicomath » : initiative internationale pour la coopération en mathématique. Le projet avance rapidement. Ainsi, après plusieurs discussions, il a été possible de concrétiser une réunion avec les intervenants turques de ce projet les 26/28 juin. Il a été proposé un agenda très précis et nous espérons que des mathématiciens turcs seront fortement impliqués prochainement. Ahmad el Soufi et moi-même représenterons la CIMPA dans cette collaboration. Un document sur le sujet de Christian Duhamel est disponible sur ce site.

7 Sri Lanka, Bangladesh, Bhoutan

Les étudiants de ces pays peuvent assister aux cessions de formation qui ont lieu en Inde.

8 New RSR

Je suis le nouveau RSR et en tant que tel, j’irais certainement cette année dans différents pays seulement pour entamer des collaborations avec des mathématiciens, notamment au Kurdistan irakien, en Turquie (avril), au Népal (octobre), en Inde (courant de l’été) et peut-être en Iran. Ces séjours sont également toujours l’occasion de proposer une activité mathématique dans la région.
J’ai également organisé plusieurs réunions à Paris (février, avril) avec M. Waldschmidt, le précèdent RSR et d’autres représentants pour discuter des coopérations avec la Turquie, le Népal, l’Iran et l’Irak. La première a eu lieu en février et à cette occasion Abdelmejid Bajad a été proposé pour diriger la coopération avec la Turquie et d’autres pays de la région, comme l’Iran. Vous pouvez consulter plus bas les rapports de chacun des pays.
Références
[Jorge Jimenez Urroz] Universitat Politecnica de Catalunya, Campus Nord, edifici C3, C. Jordi Girona, 1-3, 08034 Barcelona, Spain. Email : jjimenez@ma4.upc.edu
Mise à jour le 12 avril 2012